LE FESTIVAL

Who ya gonna call ?

Qui se cache derrière le Grindhouse Paradise? Pourquoi vouloir organiser un festival de films fantastiques au péril de sa vie? Les films sont-ils choisis à pile ou face? Nicolas Cage vient-il d’une autre planète? Le mystère au chocolat sera-t-il un jour percé? Vous trouverez ci-dessous les réponses à quasiment toutes ces questions.

Avant-propos

La création de films de genre fantastique, horreur, thriller, science-fiction… a toujours été motivée par l’envie de faire un cinéma différent, éloigné des standards d’une industrie de plus en plus formatée, afin de poser un regard affuté sur la société et les individus qui la composent. Tout au long de l’histoire du 7ème art, le cinéma de l’extraordinaire a permis à des réalisateurs – dont certains sont aujourd’hui reconnus pour leur immense talent – de donner naissance à des films tout aussi intelligents qu’ambitieux et transgressifs. Pourtant, ces œuvres n’ont pas toujours étaient considérées avec déférence.

 

L’expression cinéma de genre a longtemps désigné des séries B fauchées ayant pour seul objectif de divertir le spectateur à moindre frais, sans aucune ambition esthétique et scénaristique. Rattaché au cinéma de divertissement, le cinéma de genre a ainsi trainé pendant de nombreuses années une connotation négative (en France notamment où il était opposé au cinéma d’auteur).

 

Ce cinéma semble cependant avoir regagné les faveurs d’une certaine frange de l’industrie cinématographique et se voit aujourd’hui célébré en grande pompe au box-office mondial comme dans les grands rendez-vous cinéphiliques du monde entier.

 

Cette reconnaissance a largement contribué à stimuler la production. Mais une majorité des œuvres de genre, moins formatées grand public, ne se frayent pas un chemin jusqu’aux salles de cinéma et se cantonnent au mieux à des sorties vidéos.

 

Ces films différents, de mauvais genre, qui incarnent un des derniers bastions de la création et de l’expérimentation, trouveraient à coup sûr écho auprès du public toulousain si elles étaient proposées dans des conditions de diffusion adéquates. C’est de cette conviction profonde qu’est venue l’envie de créer le festival Grindhouse Paradise.

Ligne artistique

Le festival Grindhouse Paradise a été créé pour promouvoir et défendre la diversité de genre dans la création cinématographique contemporaine, avec un intérêt particulier pour les réalisateurs émergents, les esthétiques atypiques et les productions indépendantes.

 

Nous voulons donner la possibilité au public de découvrir dans les conditions optimales d’une salle de cinéma ce qui se fait de mieux dans le genre fantastique d’aujourd’hui : des pépites au propos affutés qui font le buzz sur la toile aux films visuellement barrés passés à travers les radars. La programmation s’attache à promouvoir des premiers films prometteurs, quel que soit leur nationalité, leur durée ou leur forme.

 

Soucieux de défendre un cinéma trop longtemps ignoré par les salles obscures, le festival met également à l’honneur les grands noms du cinéma de fantastique. Les séances cultes sont ainsi l’occasion de découvrir ou redécouvrir en salle des œuvres qui ont marqué leur époque, et qui n’ont pas eu l’audience méritée au moment de leur sortie en salle ou qui ont acquis une certaine renommée a posteriori de leur exploitation salle.

 

Avec le Grindhouse Paradise, cinéphiles avertis et spectateurs occasionnels pourront ainsi découvrir ou redécouvrir sur grand écran quelques films cultes qui ont forgé la légende du 7ème art.

Le « Prix du public »

Le cinéma est un art qui se partage de sa création sur un plateau de tournage jusqu’au moment de sa découverte en salle. Persuadés de cette approche sincèrement populaire du cinéma, nous nous retrouvons dans cette valeur de partage et de communion collective : c’est la raison pour laquelle nous avons souhaité que ce soit vous, chers spectateurs, qui « départagez » les films en compétition!

 

Soucieux d’engager activement le public dans une démarche de découverte et de reconnaissance, nous proposons aux spectateurs de remettre la seule distinction décernée pendant le festival Grindhouse Paradise. Pour ce faire, le public vote à l’issue de chaque projection : le film qui récolte le plus de votes favorables se voit décerner le Prix du public.

L’imaginaire à la croisée des arts

Si le cinéma de genre a longtemps été connoté négativement, il est aujourd’hui davantage reconnu par les professionnels et une certaine partie du public. Les films fantastiques peuvent toutefois être difficiles à appréhender, quel que soit la catégorie de spectateur à laquelle on appartient pour certains spectateurs (occasionnels, jeunes public, familial…).

 

Dès le début du projet, l’équipe organisatrice a ainsi eu à cœur de travailler à une meilleure (re)connaissance du cinéma de genre en accompagnant les publics à la découverte des œuvres, de leurs auteurs ainsi que des moyens déployés pour les concevoir.

Présentation des films , séance questions réponses, masterclass… Des temps d’échange et de réflexion qui visent à favoriser la lisibilité des œuvres proposées, voire à mieux cerner les éventuelles intentions de leurs auteurs, mais également à comprendre comment le cinéma de genre est souvent une expérience étroitement liée aux développements de notre société ou un exercice de style hautement divertissant.

 

Le festival Grindhouse Paradise vise également à promouvoir le travail de ceux qui font vivre le cinéma fantastique ou qui s’en inspire à travers leur art. Nous souhaitons à ce titre inviter des artistes de tous horizons à partager leur vision du cinéma fantastique avec des collaborations artistiques se déclinant sous diverses formes (séance de dédicace, exposition, affiche de film revisitée, sérigraphies…) et sont pensées comme des portes ouvertes vers d’autres univers, d’autres visions originales du monde.

L’équipe

Le festival Grindhouse Paradise est une initiative de l’association Toulouse Fantastic Film Club, fraichement créée pour favoriser la diffusion de films fantastiques pas, peu ou mal distribués dans les salles françaises.

 

L’équipe est constituée de Yoann Gibert, Johan Borg et Guilhem Carassus.

Le destin n’avait jamais jugé utile de faire croiser les chemins de ces trois professionnels du secteur culturel. Jusqu’à ce beau jour de septembre 2018 où, accoudés au comptoir du bar du cinéma éphémère des halles de la Cartoucherie, une bière à la main, ils ont décidé de répondre à une question existentielle : quel est le meilleur film de John Carpenter ?

 

Alors certes, ils ne sont jamais arrivés à se mettre d’accord. Mais cette discussion enflammée a toutefois eu le mérite de révéler leur passion commune pour le cinéma fantastique et, surtout, leur envie de le partager.

 

L’histoire du festival Grindhouse Paradise n’en est qu’à ses balbutiements. Et comme on est plutôt du genre à préférer une discussion de vive-voix, n’hésitez pas à nous contacter directement pour rejoindre l’équipe !